Fluvial Magazine Février 2008

Boat reports : 1998 - 2008 - Français

Un britannique en France

Bateau de rêve

John et Irène Plunkett réalisent leur rêve, et leur retraite, sur le "Moët Chandon", un narrow boat british et cosy, basé à Carcassonne.

Texte et Photos
Florence Chevallier

N° revue 179 février 2008
Pages 48 - 50
Rubrique Bateau / Bateau de rêve
Bateau narrow boat
Longueur 17 m
Voies d'eau Canal du Midi

Constructeur : Ledgard Bridge Boats

Source : Fluvial Magazine (French)

Moins étroit qu'il n'y paraît, ce bateau se révèle confortable et suffisamment spacieux pour un agréable périple fluvial.

John et Irène Plunkett, originaires du Yorkshire résument ainsi l'aventure : «A la retraite, nous nous sommes dit Iet’s go!». Et c'est ainsi qu'ils ont décidé d'acheter un narrow boat (littéralement : bateau étroit) et de naviguer sur les cours d'eau français. Déjà aguerris, car lorsqu'ils étaient encore actifs, ils ont mis à profit tous leurs week-ends et toutes leurs vacances pour sillonner les canaux et les rivières du nord de l'Angleterre à bord de bateaux de location. Le couple se souvient très précisément qu'en 1996 «nous avons loué pour 10 jours seulement un house-boat et ce furent nos meilleures vacances!». Suite à cette expérience, ils ont décidé d'acheter leur propre bateau. Comme c'est bien souvent le cas, John et Irène n'ont pas dérogé à la règle, et ont vainement recherché le bateau de leur rêve «pendant deux ans dans toute l'Angleterre». Le narrow boat qu'ils ont finalement acheté se trouvait pourtant

tout près de chez eux, dans leur propre ville, à Leeds dans le Yorkshire. Le premier propriétaire, un éclusier, y habitait à l'année et s'en occupait tout à fait correctement. Le bateau était donc plutôt en bon état. «Quand nous l'avons vu, en une minute nous avons su que c'était notre narrow boat… un vrai coup de coeur!» se remémore le couple avec enthousiasme. L'ancien propriétaire, probablement un peu malheureux d'avoir vendu son bateau, est devenu l'ami de John et Irène dont il suit à distance les périples en France. Lui-même n'avait jamais navigué avec son bateau où il ne faisait que résider devant l'écluse.

DU TRANSPORT A LA PLAISANCE

Le Moët-Chandon a été fabriqué à Ledgard en 1997 par la Bridge Boat Company, à 20km de leur ancienne maison. Les narrow boats étaient à l'origine des bateaux de transport d'une

capacité de fret de 30 à 40 tonnes. Ils continuent à être construits en grande production dans les chantiers navals, mais comme bateau de plaisance, et à la longueur souhaitée par les futurs propriétaires. Mais en respectant bien

évidemment le gabarit originel des écluses (22m de longueur sur 2,30m de largeur) et des canaux anglais,

Bateau de rêve

majoritairement construits lors de la révolution industrielle au 18ème siècle. L'Angleterre se lança alors dans un vaste programme de construction de canaux afin de répondre aux exigences de l'essor industriel lié au charbon et à la machine à vapeur. Mais il existe aussi un réseau un peu moins étroit. Ce qui caractérise le narrow boat au-delà de son étroitesse c'est surtout sa barre franche. Et là non plus rien n'a changé, c'est toujours elle qui permet de manoeuvrer le bateau. Ce système de gouverne où le pilote agit directement sur le safran par l'intermédiaire d'un timon (long manche de la barre franche) reste cependant «sportif» et demande une belle énergie. Mais la contrepartie, c'est que le risque de panne est minime. John et Irène ont personnalisé la leur en y installant un dauphin en laiton, sans oublier le drapeau anglais. Autre petit luxe, à la fois fonctionnel et esthétique, «the canopy». Le poste de pilotage est protégé par une structure assez souple et légère, recouverte d'une bâche avec une fenêtre en plastique, protégeant ainsi le pilote des intempéries pendant la navigation. Face au poste de pilotage, John a affiché sa collection en laiton d'anciennes plaques de bateau. Un plancher en bois permet de circuler aisément sur le toit du narrow boat où le couple a installé un transat, mais aussi une planche de débarquement et une gaffe très accessibles, ainsi que l'indispensable vélo pour les courses. A l'avant du bateau, les propriétaires disposent d'un très large parasol pour se protéger du soleil lors de la pause thé. Il faut savoir qu'en Angleterre, le prix d'un bateau est calculé sur sa longueur et les taxes aussi, d'où une forte propension à élargir le gabarit des bateaux et en raccourcir la

longueur! Les dimensions du Moët Chandon, 17m de long sur 3m de large, un tirant d'air de 2,50m et d'un tirant d'eau d'à peine 60cm, offrent l'avantage non négligeable de pouvoir naviguer «à peu près partout». Pour arriver en France, le narrow boat n'a pas franchi la Manche en naviguant. En août 2004, il a été transporté par camion, aussitôt prêt à naviguer sur le canal de Bourgogne, jusqu'à Saint-Jean-de-Losne pour le premier hiver. Le printemps suivant l'objectif fut Chagny où réside un de leur ami hollandais Cornelia. Ces fanatiques de navigation ont ainsi parcouru 1800km dès les premières années. Dorénavant le couple passe l'hiver à Carcassonne.

PETIT GABARIT COSY

Bien que très élégante, la décoration extérieure du bateau se révèle finalement

assez sobre. La devise est inscrite en lettres ouvragées, mais son numéro de licence n'a pas été mis spécifiquement en valeur comme c'est souvent le cas sur les narrow boat anglais où s'exprime parfois une belle créativité à travers les numéros de licence et les devises qui sont laissés au libre choix de leurs propriétaires. Cependant, le vert anglais souligné d'une large bande rouge à l'intérieur de laquelle s'inscrit le nom du bateau agrémenté d'un encadrement de couleur blanche est tout à fait dans l'esprit et le style britannique. Le logement, qui comme sur les freycinets n'occupait à l'origine que l'arrière du bateau, se prolonge désormais sur toute sa longueur et offre un agréable cadre de villégiature pour les périples au long cours. Un univers certes très british, extrêmement soigné, avec un côté légèrement suranné qui en fait tout le

Bateau de rêve

charme. On accède à l'intérieur de ce «sweet home» par l'avant du bateau, mais aussi sur le côté grâce à un système d'ouverture aussi esthétique qu'ingénieux. On soulève une trappe arrondie qui permet ensuite d'ouvrir les deux portes et des marches d'escalier s'ouvrent sur le logement, plus précisément la cuisine.

AMENAGEMENTS INTERIEURS

Le plancher a été changé pour un véritable sol en chêne, de meilleure qualité, mais aussi à la teinte plus chaude. Le logement intérieur est totalement agencé avec du bois : le sol, mais aussi le vaigrage et le plafond. Aménagé de façon traditionnelle, c'est à dire avec des plaques de bois fixées par des baguettes larges dans lequel on retrouve les classiques plafonniers avec l'interrupteur directement sur la lampe.

Une parfaite réplique de l'aménagement d'un bateau des années 30, d'où ce côté désuet mais cosy. Des hublots encadrés par d'épais rideaux rouges et des voilages surmontés d'une cantonnière qui affirme l'esprit et l'ambiance masculine d'un club anglais, mais avec une touche résolument féminine. Les coussins assortis sont réalisés dans le même tissu que les rideaux. John était plombier, c'est donc lui qui a effectué les quelques travaux réalisés à bord. Le travaille plus important consista à repenser la salle de bain, beaucoup trop petite et mal agencée. John supprima des rangements inutiles pour les remplacer par «de l'espace» afin d'installer un lave-linge et un sèche-linge, mais aussi «intégrer un groupe électrogène». Mais une visite ne débute pas par la salle de bain. Aussi, allons-nous comme il se doit reprendre la visite de ce douillet logement par son salon qui donne également sur la cuisine aménagée. Dès le premier regard, il n'y a aucun doute : il s'agit d'un intérieur anglais. Le style du salon le confirme. Canapé et fauteuil club en cuir de couleur vert anglais, recouverts d'une tapisserie à motifs animaliers au-dessus duquel un dessin humoristique est mis en valeur par un spot. Le mobilier, les meubles encastrés - ou aménagés - dans cette surface ont des vitrines en verre à petits carreaux en forme de losange. Le petit poêle en fonte noire est posé sur des faïences à motif floral qui servent de support décoratif et fonctionnel pour protéger les boiseries de la chaleur radiante du feu. Le bar, autour duquel ont été installés des tabourets en bois, fait également office de table pour les repas et aussi de plan de travail. La cuisine, plutôt confortable, a été bien conçue sans

perte de place. Beaucoup de meubles de rangements au sol ou suspendus au plafond, ce qui pourtant n’alourdissent pas le champ de vision. Détails de décoration sciemment calculés, l'évier est de couleur vert anglais, le four également. On découvre aussi ici l'incontournable bouilloire et le sceau à champagne Moët et Chandon ! Cet esprit «cocooning» se retrouve dans la chambre aux tons pastel. Le matelas est encastré dans un coffrage en bois avec des draps et coussins de couleur mauve. Même tonalité pour les rideaux et cantonnières. Enfin, l'on arrive à la salle de bain, qui bénéficie désormais de tout le confort moderne : électroménager, cabine de douche et WC récent, mais aussi radiateur sèche serviette. La maîtresse de bord a poussé le

raffinement jusqu'à faire broder la devise du bateau sur son linge de maison. Un geste qui ne laissera aucun amateur de beau bateau indifférent. C'est sans surprise que cette unité très chic, attire les regards lorsqu'elle navigue sur les cours d'eaux français.